Révélation: Un ancien militaire camerounais activiste de la Séléka en RCA

L’évadé de la Prison Centrale de Kondengui a participé à l’insurrection en RCA dans la Séléka.

L’effectif consistant des hommes en tenue dans les prisons de Kondengui et de New Bell reste un très grand questionnement qui hante les esprits des Camerounais. Entre 2006 et 2012, une enquête menée dans les établissements pénitenciers de Douala et Yaoundé a permis de déceler un effectif de 1100 hommes en tenue militaires, gendarmes et policiers confondus. De quoi avoir une division inquiétante d’une armée. La grosse inquiétude que pose cette pléiade d’hommes en tenue dans les prisons reste le motif: Braquage, une manière de dire que nos forces de l’ordre et de défense sont formées pour mettre en péril la vie de leurs compatriotes et leurs biens. Voilà un cas écœurant qui doit à tout prix interpeller les personnalités de notre République. Dans le cas de l’ancien militaire camerounais ayant participé au coup d’Etat en Centrafrique au sein des forces rebelles de la Séléka. L’homme s’appelle Doko Yves André, évadé de la Prison Centrale de Kondengui dans la journée du mardi au mois de février 2012, après une audience au Tribunal Militaire de Yaoundé, alors que le type était accusé d’une tentative d’insurrection. Originaire de la Région de l’Est, Département du Lom et Djerem dans la localité de Deng-Deng à quelques encablures de Bertoua, le jeune militaire, formé en service au secteur militaire de l’Est, avait pris une initiative personnelle de former à son tour sa propre armée en recrutant les jeunes gens et les faire arborer les vraies tenues de notre armée: militaire et gendarmerie selon qu’il jugeait opportun dans son choix.

Le comble de cette affaire est que ces jeunes militaires et gendarmes formés par Doko dans une brousse à Bertoua étaient affectés normalement dans les unités respectives de nos forces de défense et percevraient indûment le salaire puisque leur formateur était un génie en informatique et en écriture bancaire. Pour preuve, bon nombre d’entre eux continuent de servir notre armée et d’autres sont écroués à la Prison Centrale de Yaoundé-Kondengui pour les mêmes motifs que ceux de leur chef de gang Doko. Le degré élevé de corruption à la Prison Centrale de Kondengui aurait facilité l’évasion de ce dangereux élément lors d’une audience au cours de laquelle, le Procureur de la République près du Tribunal Militaire de Yaoundé, encore appelé le Commissaire du Gouvernement, avait requis une peine de 25 ans d’emprisonnement contre Doko qui avait vu son avenir s’obscurcir.

Rentré à la prison, il s’est concentré une semaine durant en vue d’une évasion. Bénéficiant des lettres de convocation du Tribunal grâce à l’Habeas Corpus jusqu’au jour où, lors d’une audience au Tribunal, Doko aurait négocié avec le chef d’escorte pour un tour à la banque moyennant une somme de 10.000 FCFA. Faveur qui lui aurait été accordée. Et pourtant quelques semaines avant, il avait tenté de s’échapper entre les mains de la nommée Hermine, gardienne de prison, n’eût été la bravoure de cette dernière qui avait alerté les populations, qui ont mis la main sur lui. Mais les autorités de la Prison Centrale de Kondengui ont fait fi de cet incident jusqu’au jour où Doko avait réussi son coup entre les mains d’un autre pauvre gardien de prison qui séjourne actuellement à Kondengui.

Il est à noter selon les sources villageoises que la maman du fugitif devenu rebelle en RCA pour le compte de la Séléka est reconnue à l’Est comme une dangereuse pratiquante de sorcellerie. La même attitude a été observée auprès de Doko par ses codétenus de Kondengui : «Doko était une tombe», clame un de ses colocataires, il était difficile de l’entendre parler, juste un petit sourire narquois comme pour vous endormir dans ses mauvais desseins. A la Prison Centrale de Kondengui, le même Doko était réputé pour les faux salaires perçus par certains hommes en tenue en liberté ou en détention au point où son évasion a été accueillie comme un coup de massue au sein du pénitencier de Kondengui.

Aujourd’hui, Doko fait partie des rebelles de la Séléka dirigés par l’actuel homme fort de Bangui, Michel Djotodia, qui ont détrôné François Bozizé, il aurait même été l’un des maillons essentiels du groupe de rebelles vers l’assaut final compte tenu de l’expérience militaire acquise au sein de l’Armée camerounaise. Et les sources dignes de foi confirment qu’il serait un grand responsable de la garde rapprochée du nouvel homme fort de la Centrafrique. Le Cameroun a toujours accouché des génies. Ce dernier est plus qu’un génie. Nous y reviendrons !

Advertisements

6 responses to “Révélation: Un ancien militaire camerounais activiste de la Séléka en RCA

  1. Hey!! I always look forward to your thoughts. Thank you, keep up the
    great work.
    Just to let you know, the Facebook Like press
    button isn’t working.

  2. I was recommended this web site by my cousin. I am not sure whether
    this post is written by him as nobody else know such detailed about my problem.
    You are amazing! Thanks!

  3. Hello, i feel that i noticed you visited my weblog thus i came to return the desire?

    .I am attempting to to find issues to improve my site!
    I guess its adequate to make use of a few of your ideas!!

  4. Great site. Interesting topic lol

Comment on this post...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s